Christian BORDES Imagerie Électro-photonique - Formation à la santé globale - Conférences, Stages & Séjours

Prévention et traitement du Covid par la médecine traditionnelle chinoise

ACADEMIE WANG de MTC – Pr. WANG De Feng, Dr. Meyer Magali, Mme Yujing SHAN. 20/8/20

Introduction :

Le nouveau coronavirus n'a pas seulement balayé la Chine, mais s'est aussi propagé dans d’autres pays d’Asie, en Europe, en Amérique, en Afrique et en Océanie. Les institutions médicales de nombreux pays, en particulier la Chine, ont rapidement multiplié et précipité les recherches sur le virus pour sauver le maximum de vies. D'un côté, l'emploi de médicaments et le développement de vaccins spéciaux par la médecine occidentale ne suffisent pas à répondre à l'urgence de la situation ni à résoudre totalement les besoins suscités par cette nouvelle pathologie. D'un autre côté, les traitements traditionnels chinois sont difficiles à rendre accessibles au plus grand nombre en raison de leurs sources de production limitées. De plus, l’éphédra et d’autres médicaments utilisés contre le coronavirus sont interdits dans de nombreux pays de l’UE.

Face à ces impasses, l’acupuncture, la moxibustion et les ventouses peuvent nous aider à survivre… Des archives les plus anciennes jusqu'aux données de la pratique moderne, il est prouvé que la pharmacopée, l’acupuncture et la moxibustion sont des outils spécifiques de lutte contre les épidémies et les virus.

Historique de réflexion :

Depuis l’éclosion d'une pneumonie à un nouveau coronavirus début février 2020, nous avons réétudié des livres antiques de médecine traditionnelle chinoise et nous sommes inspirés des expériences rapportées par les anciens. Nous avons étroitement communiqué avec des médecins en première ligne dans les zones épidémiques de Chine pour analyser la cause, la pathogénèse, le développement, les résultats et le pronostic d’une nouvelle pneumonie à coronavirus. Nous avons analysé le mécanisme du syndrome de chaque étape et avons formulé un ensemble complet de principes de traitement en médecine chinoise axés sur l’acupuncture et la moxibustion. Nous pensons que cette méthode a pu contribuer à la prévention et au contrôle de la COVID-19 dans les régions de France où elle a été appliquée.

Analyse évolutive de l'étiologie et de la pathogénie de la COVID-19 par la médecine traditionnelle chinoise :

À en juger par la propagation actuelle du SARS-CoV-2 et le développement des cas de COVID-19 – maladie infectieuse mondiale – le nouveau coronavirus se propage dans tous les pays et dans des régions situées à différentes latitudes et longitudes indépendamment de la température et du degré d'’humidité. Wuhan est la région où l’épidémie était la plus précoce. Selon les caractéristiques saisonnières et climatiques de Wuhan à ce moment-là, la plupart des médecins et experts des hôpitaux de médecine chinoise ont unanimement déterminé que le nouveau coronavirus appartenait à la “maladie humide” et plus spécifiquement à la “maladie du froid et de l’humidité” de la médecine chinoise. Et cela, avec la plus grande certitude. Or, nous constatons quel le virus se propage à travers le monde, dans de nombreuses régions où le climat est très différent de celui du Hubei : climats chauds, secs, venteux.  De plus, les patients ne présentent pas seulement des manifestations cliniques spécifiques de l'humidité ou du froid- humidité, mais présentent d'autres symptômes en faveur d'invasions par le vent, le feu toxique, la chaleur- humidité ou la sécheresse.

En regardant les manifestations cliniques des patients atteints par le SARS-CoV-2 dans le monde entier, nous en concluons que le nouveau coronavirus est un « pervers toxique épidémique de nature neutre » ; Ce toxique épidémique neutre s'associe aux six énergies perverses climatiques des diverses régions et, selon les facteurs internes individuels du patient, il pénètre par le nez et la bouche puis attaque l''énergie défensive et l'énergie du poumon.

Traitement de la COVID-19 par la médecine traditionnelle chinoise :

La COVID-19 génère des tableaux cliniques de gravités très disparates : des formes asymptomatiques ou pauci-symptomatiques, aux formes modérées jusqu'aux formes graves menaçant le pronostic vital. A chaque stade correspond un traitement particulier en médecine traditionnelle chinoise nécessitant de s'adapter de façon singulière pour ajuster au mieux les réactions immunitaires du corps en fonction des différentes étapes.

Phase initiale :

L’énergie perverse toxique (vent, froid et humidité) pénètre la couche défensive du corps par le nez et la bouche et perturbe l’énergie des Poumons.

On applique l'acupuncture en dispersion sur : He Gu (GI4), Lie Que (P7), Tian Tu (RM22), Feng Chi (VB20).

On applique aussi les ventouses sur : Da Zhui (DM14), Fei Shu (V13), Gan Shu (V18), Pi Shu (V20).

A ce stade, l’objectif principal du traitement est d'identifier les pervers et de les expulser. Donc, les aiguilles sont appliquées sur les points He Gu (GI4) et Feng Chi (VB20) pour expulser les pervers et les ventouses sont appliquées sur les points Da Zhui (DM14), Lie Que (P7), Tiant Tu (RM22), Fei Shu (V13) pour diffuser et faire descendre le Qi des Poumons.

Il est important d'utiliser aussi Pi Shu (V20). Tout d'abord car il transporte et transforme l’eau et l’humidité pour couper la source des mucosités ; Dans les cas de COVID-19, les autopsies ont prouvé l'existence d'importantes sécrétions de mucus dans les poumons des défunts. D’autre part, Pi Shu (V20) est associé au Gan Shu (V18) pour harmoniser les rôles du Foie et de la Rate et par conséquent, pour réguler la fonction immunitaire de façon adaptée en évitant l'emballement anarchique du système immunitaire ; Les études ont prouvé l'existence d'une réaction immunitaire exacerbée et incontrôlable dans l'aggravation de la pneumonie COVID-19 (l'orage cytokinique).

De plus, l'utilisation de la moxibustion sur le point Zu San Li (E36) chez les patients faibles permet de renforcer le corps et de prévenir la dégénérescence.

Enfin, les patients peuvent apprendre à pratiquer le Tai Ji Tiao Qi Gong et le Liu Yin Gong.

Phase évolutive :

L’énergie perverse se transforme en chaleur et pénètre dans le triple-réchauffeur supérieur et le triple-réchauffeur moyen. Les TAN chaleur obstruent alors les poumons et l'humidité bloque la rate ce qui désharmonise le Foie et la Rate.   

On applique l'acupuncture en dispersion sur : He Gu (GI4), Tai Yuan (P9), Kong Zui (P6), Chi Ze (P5), Feng Long (E40), Yin Ling Quan (Rt9).

On applique aussi les ventouses sur : Zhong Fu (P1), Shan Zhong (RM 17), Fei Shu (V13), Gan Shu (V18), Pi Shu (V20).

On associe la formule de pharmacopée chinoise QING FEI PAI DU TANG.

A ce stade, les principes de traitement sont multiples : rafraichir la chaleur, chasser les toxines, éliminer les mucosités et faire redescendre le Qi pulmonaire. De plus, pour empêcher l'évolution vers un stade critique de la maladie, il est nécessaire là encore, d'harmoniser le Foie et la Rate pour limiter la production de cytokines et éviter les orages cytokiniques.

Analysons par exemple, le dossier médical du Dr Li Wenliang : Le Dr Li Wenlliang est un homme d’âge moyen, physiquement fort, sans antécédent de maladie chronique.  Très engagé professionnellement, il travaille en première ligne sur le front de l'épidémie. Malgré son rang, en raison de la transmission interhumaine de l’épidémie, il a été détenu par la sécurité publique. Reconnu pour être un médecin honnête et extrêmement consciencieux, c'est forcément une grande insulte pour lui. On peut imaginer l'ampleur de sa frustration ; cette frustration conduit inévitablement à la stagnation du Qi du Foie et à une montée de feu chez le Dr Li Wenliang. Malgré la qualité de son physique et la force de son Qi, le SARS-CoV-2 a fini par envahir son corps et déclencher une réponse immunitaire. En raison du blocage du Qi de son Foie, les facteurs internes de suppression de la Rate n'ont pas pu réguler le système immunitaire, le rendant incontrôlable. Celui- ci a produit un grand nombre de cytokines, tuant ses propres cellules et conduisant à la mort.

Phase critique : l'orage cytokinique :

Dans les cas de défaillance respiratoire : il y a accumulation de l’eau, TAN toxiques dans les Poumons et impuissance de l’énergie organique.

Dans les cas de défaillance multi-viscérale : il y a mucosités, humidité, intoxication hydrique, obstruction des Poumons, empoisonnement du sang, dysfonctionnement sévère du Qi viscéral.

On pratique des saignements sur Shao Shang (P11), Yin Bai (Rt 1), Da Dun (F1). Et on puncture avec force Su Liao (DM25).

On applique la moxibustion sur Shen Que (RM8), Shui Fen (RM9), Guan Yuan (RM4).

En pharmacopée traditionnelle chinoise, on utilise différentes formules selon les tableaux cliniques : SHENG MAI SAN pour une grande tonification du Qi ; TING LI DA ZAO XIE FEI TANG pour disperser les toxiques et éliminer l'eau accumulée dans les Poumons ; XUE BI QING pour rafraichir le sang et éliminer les toxines.

Ces traitements doivent être associés si possible, à une ventilation en oxygène.

A ce stade critique, le patient est en danger. D’une part, il faut donc rapidement faire saigner pour désintoxiquer ; c'est la fonction des points puits qu'il faut percer et faire saigner en urgence. D’autre part, il faut faire en urgence une grande tonification du Qi vital en stimulant l'énergie du Poumon et l'énergie originelle ; c'est le rôle de la moxibustion sur les points Shen Que (RM8) et Guan Yuan (RM4).

Phase de convalescence :

Il y a faiblesse de l’énergie des Poumons, de la Rate et du Foie.

On applique l'acupuncture en tonification sur: Zu San Li (E36), He Gu (GI4), Zhong Wan (RM12), Qi Hai (RM6) pour reconstituer les Poumons, renforcer la Rate et protéger le Foie.

Dans le même temps, il faut veiller à manger léger avec des aliments faciles à digérer, comme la soupe aux haricots mungo, la soupe aux radis, etc.

Prévention et contrôle de la deuxième vague d’épidémie :

Afin de prévenir et de contrôler la deuxième vague de l’épidémie, les gouvernements et les experts médicaux du monde entier parient sur les vaccins. Selon des statistiques encore incomplètes, il existe à l'heure actuelle, au moins 50 équipes de recherche scientifique soutenues par des fonds solides à travers le monde, menant une course contre la montre pour mettre au point des vaccins. Dans certains pays, leur développement est entré dans la troisième phase clinique. Cependant, le SARS-CoV-2 ayant voyagé librement dans le monde à la fin de l’année dernière, les mutations sont inévitables. Récemment, l’Inde et la Malaisie ont détecté des mutations du nouveau coronavirus et ont constaté que sa propagation est devenue dix fois plus rapide qu’avant la mutation. Même si le vaccin est développé, produit et répandu avec succès, il est à craindre qu'il soit utilisé trop tard. Lorsque le SARS-CoV-2 muté attaquera l'homme d'une nouvelle manière, cela risque d'être au dépend de la médecine moderne. Or, la pensée dialectique de la médecine traditionnelle chinoise peut nous offrir des outils de réflexion et des armes efficaces pour lutter contre ce virus en constante évolution.

Par conséquent, en nous basant sur la nouvelle analyse de l'étiologie et de la pathogénie du nouveau coronavirus que nous avons formulée, nous pensons que la prévention et le contrôle de la deuxième vague d’épidémie devraient reposer sur trois aspects fondamentaux : la prévention antivirale ; la prévention contre les pervers climatiques ; la prévention de terrain individuelle.

1.  Prévention antivirale :

1) Prévention de masse : port du masque, lavage des mains, désinfection à l'alcool. Tous les pays sont préparés sur ces sujets et aucun pays ne sera pris au dépourvu comme cela a été le cas au début de l’épidémie.

2) Prévention individuelle par des produits de la pharmacopée chinoise aux propriétés antivirales : En prévention de cette épidémie dont le pervers toxique est neutre, des antiviraux à large spectre peuvent être utilisés : Ban Lan Gen (Radix Isatidis), Huang Qin (Radix Scutellariae) et Sheng Jiang (Radix Ginseng).

2.  Prévention contre les pervers climatiques :

Nous pensons que le caractère « neutre » du nouveau coronavirus lui permet de s'associer aux six pervers externes climatiques saisonniers pour envahir le corps humain. Par conséquent, nous devons réfléchir aux caractéristiques climatiques saisonnières de notre pays ou de notre région ainsi qu'aux caractéristiques de notre environnement géographique pour réguler de façon singulière et adaptée le Qi des viscères correspondants.

Prenons l’exemple de la plupart des pays eurasiens : quand l'automne frais débute après l’été, il est important de réguler le Qi de Poumon et de renforcer l'énergie défensive du corps..

Par conséquent, l'acupuncture peut être utilisée sur Tai Yuan (P9) et Jing Qu (P8) et la moxibustion sur Fei Shu (V13).

La pharmacopée chinoise peut être utilisée : Sang ye (Folia Mori), Bai bu (Radix Stemonae), Chuan bei mu (Bulbus Fritillariae Cirrhosae), etc.

Au niveau de l'alimentation, Il faut manger des amandes douces et des bulbes de lys.

Si possible, associer également la pratique du Qi Gong :  le Liu Yin Gong.

3. Prévention du terrain individuel :

Quel que soit le terrain et le niveau de gravité de l'infection, il est fortement conseillé d'utiliser la médecine chinoise pour réguler la fonction immunitaire du corps afin de mieux lutter contre le virus.

1) Pour les personnes âgées, faibles et malades :

On applique l'acupuncture sur He Gu (GI4) et on applique la moxibustion sur Da Zhui (DM14), Fei Shu (V13) et Guan Yuan (RM4). L'objectif est de tonifier l'énergie défensive du corps et de renforcer le système immunitaire. C'est un principe de l'art de la guerre évoqué par les « Nei jing » : Si l'énergie vitale est suffisante, l'énergie perverse ne peut pas pénétrer dans l'interne.

En pharmacopée traditionnelle chinoise : utiliser YU PING FENG SAN.

En même temps, des compléments alimentaires peuvent être ajoutés tels que le champignon blanc cuit, la soupe de poulet à l’oignon vert et au gingembre, la soupe de bœuf au lys, etc.  Ces aliments revigorent le Poumon et favorisent également la production d’anticorps.

2) Pour les jeunes et les personnes en bonne santé :

Dans ce cas, il faut éviter que le Yang soit hyper actif. On applique l'acupuncture sur He Gu (GI4), Chi Ze (P5), Tai Chong (F3) et San Yin Jiao (Rt6) pour équilibrer le Yin et le Yang, harmoniser le Foie et la Rate, et réguler le système immunitaire.

En pharmacopée traditionnelle chinoise : utiliser XIAO CHAI HU TANG.

Au niveau diététique, il convient de manger équilibré et de consommer de l’ail, du citron, du radis, etc.

Conclusion :

Depuis des siècles, la médecine traditionnelle chinoise a accumulé des outils précieux pour comprendre, prévenir et traiter les épidémies virales. Elle le démontre à nouveau avec l'épidémie actuelle au SARS-CoV-2. Aux côtés de la médecine moderne qui court encore contre la montre dans la bataille contre le nouveau coronavirus, la médecine chinoise propose des traitements curatifs et préventifs faciles à appliquer pour mener à bien cette guerre.

La pharmacopée chinoise offre ainsi un traitement curatif de la COVID-19 et propose en amont des outils préventifs remarquables. Elle peut souffrir de difficultés de diffusion. A côté de la pharmacopée, la méthode de traitement par l'acupuncture, la moxibustion et les ventouses est simple, économique et efficace. Si une deuxième vague d'infection au SARS-CoV-2 se répand à nouveau, nous pensons que les méthodes de traitement proposées par la médecine traditionnelle chinoise contribueront à la survie de l'humanité et au maintien en bonne santé du plus grand nombre. Ces traitements permettent en effet de prévenir les infections, de réduire la sévérité des atteintes en rétrogradant les formes graves en formes légères et de réduire la mortalité.

ACADEMIE WANG de MTC

Pr. WANG De Feng, Dr. Meyer Magali, Mme Yujing SHAN. 20/8/20 (De nombreux autres articles sont disponibles sur ce site).

  Télécharger le fichier